Dernières Chroniques



lundi 4 avril 2016

Wither (Éphémère)


Lu en VO
Auteur: Lauren DESTEFANO
Éditeur: Simon & Schuster (Castelmore en France)
Nombre de pages: 368
Date de parution: 2011
Prix: 17$99 (15€90)
Genre littéraire: Dystopie / Drame
A partir de 15 ans
 
Résumé
 
Que faire de sa vie quand on connaît la date exacte de sa mort ?
Les scientifiques ont créé des enfants génétiquement parfaits, immunisés contre toutes les maladies. 
L'humanité a cru voir son avenir assuré...jusqu'au jour où le verdict accablant est tombé.
Ces jeunes gens ont une espérance de vie incroyablement courte : 25 ans pour les hommes, 20 ans
pour les femmes, sans exception. Dans ce monde désolé, des jeunes filles sont kidnappées et
contraintes à des mariages polygames pour la survie de l'espèce.
Rhine, âgée de seize ans, a été enlevée de force à son frère. Elle se réveille enfermée dans une prison dorée, 
un manoir où des serviteurs veillent à ses moindres désirs. Malgré l'amour sincère de son mari et 
la confiance qui s'instaure petit à petit avec ses sœurs épouses, Rhine n'a qu'une idée en tête :
s'enfuir de cet endroit.


Originalité: 4,5 /5.
Qualité de l'écriture: 4,5 /5.
Psychologie des personnages: 4 /5.
Immersion dans le récit: 2,5 /5.

Mon avis

Ce livre m'a été conseillé par une amie. Malheureusement, je n'ai pas apprécié autant qu'elle.

Il faut dire que ce roman se déroule en huis-clos, donc cela limite les actions des personnages. Ce qui veut dire que le monde extérieur n'est évoqué que par le biais de souvenirs ou de rares expéditions en dehors du manoir.

Les péripéties n'en sont pas vraiment. Ce sont davantage des anecdotes, des événements qui se déroulent sous nos yeux mais sans apporter de révélations, de réponses à nos questions. Pas de rebondissements, de twists qui tiennent le lecteur en haleine. Juste la narration de la captivité de Rhine et de ses trois autres sœurs d'infortune.

C'était long. Long et laborieux sur la fin. En un sens, je me dis que cette impression retranscrit parfaitement la lassitude et le désespoir de Rhine face à cet emprisonnement, tandis qu'elle ne rêve que de liberté. J'en suis venue à ressentir la même chose du coup. Moi aussi j'avais envie que ça se termine. Peut-être était-ce la volonté de l'auteur?...

Rhine est un personnage dont on ne peut que partager les idéaux. Ce qui lui arrive est atroce. Aussi, bien sûr, on compatit à sa cause. Cependant, j'ai parfois eu envie de la secouer lorsqu'elle se laisse si facilement amadouer par Linden. D'ailleurs, ce type est franchement rebutant. On dirait un gosse errant, sans aucune jugeote et complètement creux. 

Pourtant, les personnages et leurs psychologies est à mon sens ce que l'auteur a le mieux réussi. Heureusement, sinon, le roman aurait été sacrément indigeste. Les relations entre Jenna, Cecily et Rhine sont très bien articulées. Elles ont chacune un caractère bien distinct, ce qui apporte une touche de dynamisme au récit. Leurs propres histoires, aussi tragiques soient-elles, contribuent à leur apporter de la profondeur (ce qui manque cruellement à Linden). Vaughn apporte le soupçon de paranoïa en tant qu'ombre menaçante qui plane au dessus de leurs têtes. Et c'est là tout ce qu'il restera, d'ailleurs: une ombre. Quel dommage que l'on en sache pas plus sur lui et ses inquiétantes expériences.
Les personnages secondaires, quant à eux, m'ont beaucoup plu.
 
Par contre, la relation Gabriel/Rhine manque de réalisme, notamment en ce qui concerne leur histoire d'amour. Qu'ils soient unis par leur désir de liberté, je veux bien, mais pour le reste, c'est trop rapide. Ce que je veux dire, c'est qu'ils ne font que se croiser à plusieurs reprises, s'adressent à peine quelques mots de peur d'être attrapés et ça y est, ils sont amoureux. J'ai bien senti une complicité implicite s'installer entre eux mais c'est tout ce que ça aurait dû être, pour laisser les prémices de leur histoire évoluer dans le tome suivant.
 
Après avoir lu 350 pages, la fin. La délivrance est amère puisque après avoir tant enduré, la fin est incroyablement facile et expéditive. Qui plus est, je ne comprends pas leur délire de se rendre au cinéma alors qu'ils auront bientôt Vaughn aux trousses. J'ai trouvé cette action vraiment grotesque, non mais sans déconner...
 
En définitive, Wither/Éphémère est un roman à l'univers intrigant mais qui ne délivre aucune réponse significative. Si il est intéressant de suivre le sort de Rhine et de ses sœurs par alliance, les péripéties restent plates, tout comme certains personnages qu'il aurait été préférable de découvrir davantage.
Je n'ai ni aimé ni détesté. Je suis sceptique par rapport au second tome et ce qu'il peut bien avoir à offrir.
 
Note globale: 6 /10.
 
 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...