Dernières Chroniques



lundi 28 mars 2016

Le passage du Diable


Auteur: Anne FINE
Éditeur: Ecole des loisirs
Nombre de pages: 310
Date de parution: 15.01.2014
Prix: 17€50
Genre littéraire: Fantastique / Drame
A partir de 13 ans

Résumé

Depuis son plus jeune âge, Daniel Cunningham a vécu enfermé, avec pour seule compagnie les livres
et sa mère – qui l’a gardé reclus, à l’écart du monde extérieur, et qui n’a cessé de lui répéter qu’il était malade. 
Un jour, des coups frappés à la porte vont tout changer.
Des voisins ont découvert son existence, et résolu de libérer Daniel de l’emprise de sa mère.
Pris en charge par le docteur Marlow et sa famille, il va découvrir peu à peu que tout ce qu’il tenait pour vrai jusque-là
 n’était qu’un tissu d’histoires racontées pour le protéger.
 Mais le protéger de quoi ?
De sa vie d’avant Daniel n’a gardé qu’une maison de poupée. Et pas n’importe quelle maison de poupée : 

c’est la réplique exacte de la maison natale de sa mère, une maison qui recèle de nombreux et sombres secrets. 
Jusqu’à quels vertiges ces secrets conduiront-ils Daniel ?


Originalité: 5 /5.
Qualité de l'écriture: 5 /5.
Psychologie des personnages: 4,5 /5.
Immersion dans le récit: 4,5 /5.

Mon avis

Merci à l'éditeur pour cette couverture effrayante, qui n'est pas sans me rappeler la maison d'Amityville. Charmant.
Je me suis donc lancée dans cette lecture en me disant qu'il y aurait une part de frisson. En réalité, si l'histoire en elle-même prend des tournures plutôt macabres, Le passage du Diable n'est pas un roman qui a pour vocation de faire trembler le lecteur.

Racontée à la première personne, l'histoire démarre sur les chapeaux de roue avec l'intervention de l’élément perturbateur dès le premier chapitre. Tout s'enchaîne rapidement, les chapitres sont courts et l'intrigue s'étoffe au fil des pages, avec de plus en plus de mystères puis enfin, des réponses à nos questions.

La psychologie de Daniel est intéressante, notamment à cause de son passé. Certains passages rappellent toutefois qu'il s'agit encore d'un enfant.
Son enfermement et la relation qu'il entretient avec sa mère prennent leur sens à la toute fin du récit. Les révélations sont distillées au compte goutte, tenant le lecteur en haleine, et permettant ainsi de s'identifier au jeune homme. Ses raisonnements sont pertinents et sa personnalité m'a beaucoup plu. Malgré tous les événements qu'il a subi, il souhaite plus que tout tourner la page et vivre enfin dans un foyer chaleureux et aimant. Mais de nombreux obstacles jalonnent ce chemin.

La deuxième partie offre un récit plus sombre et un climat de paranoïa s'installe. A qui peut-il faire confiance? Qui était vraiment sa mère? Et son père? Enfin, quel est le lourd secret de cet homme vil qui semble souffrir de troubles de la personnalité?
Les personnages secondaires sont également des éléments clés puisque ce sont eux qui détiennent toutes les réponses.
La maison de poupée recèle autant de sombres secrets que l'originale... Le côté fantastique reste mineur, amenant simplement une touche de surnaturel qui donne corps à l'antagoniste de l'histoire, qui lui donne encore plus de tessiture et qui ne nous fait que le détester davantage.

J'ai été véritablement transportée dans la tête de Daniel grâce à l'écriture de l'auteur. J'ai vécu ses moments de doute et d'émerveillement, ses colères et moments de tendresse tout comme ses peurs et accès de bravoure. Le passage du Diable raconte une belle histoire dramatique sur fond de secrets de famille tragiques.
Une belle lecture qui ravira les adolescents comme les adultes.

Note globale: 9 /10.



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...