Dernières Chroniques



vendredi 10 juillet 2015

The Young Elites

Auteur: Marie LU
Éditeur: Castelmore
Nombre de pages: 320
Date de parution: 17.06.2015
Prix: 16€90
Genre littéraire: Fantasy
Tranche d'âge visée: à partir de 14 ans
 
Résumé
 
Adelina a survécu à l'épidémie qui a ravagé son pays. Elle en a gardé des marques.
Ses cheveux sont passés du noir à l'argenté et une cicatrice barre le côté gauche de son visage.
Son père voit en elle une disgrâce pour son nom et sa famille : une malfetto, impossible à marier.
Et la rumeur dit que les survivants comme Adelina n'auraient pas récolté que des cicatrices...
Ils auraient acquis des superpouvoirs et se seraient regroupés, menaçant l'autorité en place.
Bien que leurs véritables identités demeurent secrètes, tout le monde connait leur nom :
les Young Elites.
 
 
Originalité: 5 /5.
Qualité de l'écriture: 4,5 /5.
Psychologie des personnages: 6 /5.
Immersion dans le récit: 5 /5.
 
 
Mon avis
 
Cela faisait plusieurs mois que j'attendais la sortie de ce roman, après avoir vu plusieurs avis positifs à son sujet de la part des lecteurs anglophones. Ayant beaucoup apprécié le style d'écriture de l'auteur avec Legend, j'ai voulu réitéré l'expérience. Je ne suis vraiment pas déçue...
 
Tout simplement génial! J'ai adoré! Je viens juste de tourner la dernière page et j'en suis encore fébrile! J'ai envie d'en connaître la suite, d'autant plus que l'histoire se termine avec un personnage principal assoiffé de revanche et aux pouvoirs destructeurs incommensurables...
 
Depuis le début, maintenant. Le genre littéraire de la fantasy n'est pas le genre que je lis le plus. Hors, là, d'être plongée dans un univers créé de toutes pièces, avec sa propre géographie, son Histoire et ses personnages hors du commun, j'ai été transportée dans un monde qui m'a fait pensé à l'Italie, de par les noms de personnages et des lieux; et aux pays du Moyen-Orient, de par les tons chauds dans les descriptions et le climat. Cet exotisme m'a vraiment beaucoup plu.
 
Concernant le contexte de l'histoire, Adelina est une survivante de l'épidémie qui a ravagé le pays. Comme séquelles, ses cheveux et cils sont blanc argenté et une cicatrice barre  sa paupière gauche, suite à la perte de son œil. Elle vit avec sa jeune sœur, Violetta, et son père, sa mère étant décédée à cause de la maladie. Celui-ci est un marchand dont le commerce est loin de prospérer. Parce-qu'il a une malfetto dans la famille, un enfant marqué qui a potentiellement des pouvoirs surnaturels. C'est ainsi que durant toute son enfance, Adelina est traitée comme un objet par son père. Pire encore, il la maltraite. Un soir, alors qu'elle surprend une conversation durant laquelle son père la vend à un homme qui veut en faire sa maîtresse, elle décide de fuir.
 
Son père la rattrape, et alors que durant toutes ces années, aucun pouvoir ne s'était manifesté, son cœur se remplit tout à coup de ténèbres, à mesure que la rancœur la submerge, faisant apparaître des ombres vengeresses. Elle tue alors accidentellement son père (cet évènement fait partie du premier chapitre). De cet évènement va découler la suite su récit, et même la psychologie d'Adelina.
  
Au cours de sa fuite, elle fait la rencontre d'une confrérie de jeunes malfettos - la Dague - qui, comme elle, possèdent des pouvoirs surnaturels. Enzo manipule le feu, Raffaele capte les énergies, etc. Je n'ai pas envie d'en dire trop pour ne pas gâcher les révélations qui font l'originalité du récit. Leur objectif est de renverser le gouvernement qui persécute les malfettos. Adelina va alors intégrer cette confrérie et s'entraîner afin de maîtriser au mieux ses pouvoirs.
 
Il s'agit là d'un résumé assez vague, l'intérêt étant bien entendu de vous donner envie de le lire pour en savoir plus.Il y a bien entendu multitude d'autres personnages.
 
La psychologie d'Adelina m'a énormément plu. Parce-ce qu'elle n'est pas une héroïne. C'est une jeune fille de seize ans gouvernée par les émotions que sont la colère et la peur, entre autres. Ses pouvoirs sont occultes, ils ne servent pas à faire le Bien mais à assouvir ses pulsions. Pourtant, Adelina est hantée par le souvenir de son père et de son mauvais traitement. Elle ne peut s'empêcher de faire le parallèle entre elle et lui. C'est à cause de lui qu'elle agit de la sorte, comme un animal blessé qui ne se laisse pas approcher, qui montre les dents dès qu'on essaye de le blesser, et elle se déteste pour ça.
 
Sa relation avec sa sœur Violetta est également très complexe. Elle lui en veut d'avoir été le centre d'attention et d'affection de son père, d'autant plus qu'elle bénéficie d'une beauté à couper le souffle et qu'Adelina n'est qu'un "monstre" avec un œil restant. Mais elle l'aime également et ne peut pas l'abandonner.
 
Brièvement, concernant Enzo et Raffaele: le premier se montre distant et froid. Pourtant, au cours de moments de faiblesse, il se montre plus souriant et compatissant envers Adelina. Il est exigeant et fera tout pour atteindre son objectif. Le second est chaleureux et réconfortant dès le début. Il rassure Adelina et la prend en charge à son arrivée pour lui présenter les lieux et les autres membres.
 
Une histoire d'amour voit le jour. Elle n'est pas instantanée mais justifiée (par une tierce personne, je ne dirai rien de plus!) Adelina éprouve d'abord de l'admiration, puis de l'attirance qui va s'avérer réciproque.
En résumé, concernant l'intrigue, j'ai été transportée par les descriptions justes et mesurées, les personnages ont tous leurs place, sont intéressants et bien travaillés. Les péripéties m'ont passionné. Ce qui m'a le plus exalté, c'est l'exploitation des pouvoirs d'Adelina... Leur évolution, les choses qu'elle peut créer bien sûr, mais surtout à quel point ils sont liés à son tempérament, à ses émotions. D'où l'importance d'avoir un personnage principal extrêmement bien développé. C'est pour cette raison qu'à chaque fois qu'elle se sentait apeurée ou en rage, je le ressentais aussi et n'avait qu'une hâte, qu'elle utilise ses dons destructeurs.
 
Ensuite, à propos de la forme: l'écriture est soignée et agréable (même si j'ai noté que les phrases étaient parfois un peu plus alambiquées que dans Legend, dont l'écriture est d'une simplicité déconcertante - l'évolution du style de l'auteur, peut-être? -.
Les chapitres sont racontés du point de vue de différents personnages, mais principalement Adelina. Encore une fois, cela apporte une dynamique intéressante et des révélations que nous n'aurions pas sans cela.
Une citation de récits ou paroles de personnages fictifs est inscrite au début de chaque chapitre, en rapport avec les évènements dudit chapitre. J'ai trouvé cela original et plaisant.
 
En conclusion: j'ai adoré! Je n'ai qu'une hâte: lire la suite, d'autant plus qu'elle paraît prometteuse grâce à l'épilogue qui annonce de nouveaux personnages redoutables! Si vous aimez les récits qui sortent du manichéisme habituel (lutte du Bien contre le Mal), vous serez servi: dans The Young Elites, personne n'est ni tout blanc ni tout noir et ça change, c'est rafraîchissant et je me suis délectée de cette ambivalence. L'histoire d'amour n'est pas l'attrait principal du roman et c'est tant mieux vu toutes les richesses dont regorge l'intrigue. La fin est prometteuse et étonnante, avec un évènement qui bouscule les schémas habituels...
 
Note globale: 10 /10.
 
 
 
 Ébauches de Marie LU
 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...