Dernières Chroniques



jeudi 14 mai 2015

Traqué


Auteur: Andrew FUKUDA
Editeur: Michel Lafond
Nombre de pages: 370
Date de parution: 04/04/2013
Prix: 15€95 (7€ format poche)
Genre littéraire: Dystopie / Fantastique
Tranche d'âge visée: à partir de 15 ans (Certains passages sont susceptibles de heurter la sensibilité des jeunes lecteurs)

Résumé
 
Gene est l’un des derniers humains sur Terre. Le seul moyen de survie pour cet adolescent : 
se faire passer pour l’un de ses prédateurs. Ne pas rire, ne pas transpirer, ne pas montrer qu’il est un humain, un « homiféré ». Cela fait dix-sept ans qu’il vit secrètement parmi ceux qui n’hésiteraient pas 
à le tuer s’ils découvraient sa véritable identité. Malgré tout, Gene est parvenu à se fondre parmi ces « autres » et à créer un semblant de vie normale. Mais sa routine est bouleversée, 
et sa sécurité, menacée, le jour où il est sélectionné pour participer au grand jeu : la Traque. 
Toutes les décennies, le gouvernement organise une immense chasse où seule une poignée de privilégiés peuvent pister, abattre et dévorer les rares humains survivants gardés en captivité pour l’événement. 
Formé à l’Institut pour traquer ses semblables, Gene est sur le qui-vive. 
Car désormais, sa vie s’organise en meute avec les chasseurs, 
et le moindre faux pas pourrait trahir sa condition et lui être fatal. 
Parviendra-t-il à maintenir l’illusion, alors que les soupçons sur sa vraie nature s’alourdissent ?
Gene a la rage de vivre… mais vaut-elle le prix de son humanité ?

Originalité: 3,5 /5.
Qualité de l'écriture: 5 /5.
Psychologie des personnages: 4 /5.
Immersion dans le récit: 4 /5.

Mon avis
 
Traqué narre les difficultés du personnage principal, Gene, à se fondre dans la masse. Etant l’un des derniers humains encore en vie, il représente un met de choix pour les crépusculaires (façon originale de dire « vampire »). Bon nombre de caractéristiques humaines sont susceptibles de le trahir à n’importe quel moment.

Lorsqu’il gagne sa place pour la Traque, assurer sa survie va s’avérer autrement plus compliqué : désormais sous les feux des projecteurs et dans un lieu inconnu, sans ses accessoires de survie (savon, rasoirs, vêtements de rechange, eau…), Gene va devoir redoubler d’ingéniosité pour ne pas se faire repérer et dévorer par ses camarades de jeu.

Dès les premières pages, l’auteur réussit à nous faire comprendre les enjeux primordiaux qui se jouent quotidiennement dans la vie de Gene.
Lorsqu’il décrit chaque petit détail qui risquerait de le trahir, c’est autant une description des crépusculaires : ne pas plisser les yeux, ne jamais sourire, être rasé de près, etc.
La seule émotion que les crépusculaires ne sachent refouler, c’est la faim. Ils deviennent alors comme pris de démence, sifflant et grondant, dégoulinant de bave.

Les habitudes de ces créatures sont très bien décrites et recherchées. Malgré le thème des vampires plus qu’abordé, Andrew Fukuda enrichit son roman de folklore propre à ses crépusculaires.
D’ailleurs, pas une fois ils ne sont nommés « vampires », d’où la volonté de se démarquer. C’est chose réussie. Pour ma part, j’ai vraiment considéré les créatures comme étant une espèce à part entière, malgré les similitudes entre les deux races.

Certains flashbacks nous ramènent à l’enfance et au passé de Gene, nous permettant de savoir comment il en est arrivé là. Cependant, aucunes précisions quant aux origines de l’invasion de la race dévoreuse de chair. A voir dans les prochains tomes, j’espère.
Gene est un jeune homme assez sûr de lui mais pas forcément très malin, ce qui contraste avec le fait qu’il ait survécu jusqu’à présent. Même si il excelle dans l’art de la manipulation, il prend parfois des décisions franchement stupéfiantes (spoiler : il a prévu d’échapper à la Traque en se cassant la jambe, espérant rentrer chez lui tranquilou).

Lorsqu’il entre en contact avec les homiférés qui serviront de proie, il ne s’attend pas à ce qu’ils soient civilisés : sachent parler, lire et écrire.
Ayant été apte à évoluer et à s’adapter au monde des crépusculaires, il se sent supérieur par rapport à eux et les prend clairement pour des demeurés.

La seule pour qui il a un tant soit peu de considération, c’est une camarde de classe sélectionnée également, Ashley June, pour qui il éprouve des sentiments amoureux. Une crépusculaire audacieuse et charmeuse.

Traqué est un roman divertissant, aux descriptions graphiques réalistes et aux rebondissements multiples (certains prévisibles et d’autres, comme le dernier, inattendus). Malgré certains passages un peu longuets, les péripéties s’enchaînent sans que l’on ne puisse deviner l’issue des évènements.

Note globale: 7 /10.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...