Dernières Chroniques



vendredi 8 mai 2015

Kuroko No Basket


Au collège Teikô, une équipe de basket composée de joueurs prodiges est appelée « Génération des Miracles ». 
Cinq d’entre eux connaissent la renommée, tandis que le sixième préfère rester dans l’ombre.
Un an après, Kagami Taïga arrive des Etats-Unis pour sa première année de lycée au Japon. Fort de son expérience acquise là-bas, il décide de s’inscrire dans le club de basket du lycée Seirin.
Déterminé à devenir le meilleur joueur du pays, il va associer ses compétences 
sur le terrain avec celles de Kuroko, co-équipier discret.
Tous deux forment un tandem de choc : Kagami, flamboyant et expert en saut, marque un maximum de paniers grâce au talent de Kuroko pour les passes et son aptitude à devenir invisible aux yeux de leurs adversaires.
Et pour cause, Kuroko n’est autre que le sixième joueur de la légendaire Génération des Miracles.
Au sein d’une équipe coachée par la jeune mais intransigeante Riko Aida, les deux personnages principaux vont devoir s’entraîner dur afin de réaliser leurs rêves. D’autant plus que pour ce faire, ils vont devoir
 affronter les autres redoutables membres de la Génération des Miracles…




Pas besoin de s’y connaître en basket ni d’en être fan pour regarder et apprécier Kuroko No Basket !

Bien dessiné et palpitant, le spectateur est immergé dès les premières minutes dans cet animé bien ficelé.


Les personnages sont éclectiques et hauts en couleur, ajoutant une pincée d’humour désopilante à cette ambiance pleine de testostérone. 
Kuroko est introverti et mystérieux, tout l’inverse de Kagami, ce qui amène également à des situations cocasses. Malgré tout, leur amitié n’en est pas moins forte et touchante.


L’apport de nouveaux personnages, adversaires ou alliés, est l’un des points forts de l’intrigue, puisqu’ils permettent de dynamiser l’histoire, avec sans cesse de nouveaux défis à relever.


L’auteur a su trouver le bon équilibre entre temps de jeu et temps accordé aux péripéties en dehors du terrain. A noter : le ballon ne traverse pas la moitié de terrain durant de longues et interminables minutes.
Les matchs sont captivants. Les débutants, tels que moi, découvriront des techniques et du vocabulaire spécifique au basket, avec des figures très bien retranscrites et impressionnantes.
Lorsque les joueurs de Seirin gagnent, on se sent euphorique et lorsqu’ils perdent, c’est la déception.


L’animé transmet également les valeurs positives prônées par tous les sports : l’esprit d’équipe, le respect des joueurs, le dépassement de soi, etc.


N’ayant visionné pour le moment que la saison 1, il me tarde de voir la seconde !

Note globale: 10 /10.

Opening 1:

  
 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...