Dernières Chroniques



jeudi 28 juillet 2016

Dis-moi si tu souris


Auteur: Eric LINDSTROM
Éditeur: Nathan
390 pages
Paru le 02.06.2016
16€95
Drame
A partir de 12 ans

Résumé

« Je suis Parker, j’ai 16 ans et je suis aveugle. »
« Bon j'y vois rien, mais remettez-vous : je suis pareille que vous, juste plus intelligente.
D'ailleurs j'ai établi Les Règles :
- Ne me touchez pas sans me prévenir ;
- Ne me traitez pas comme si j'étais idiote ;
- Ne me parlez pas super fort (je ne suis pas sourde) ;
- Et ne cherchez JAMAIS à me duper.
Depuis la trahison de Scott, mon meilleur pote et petit ami, j'en ai même rajouté une dernière.
Alors, quand il débarque à nouveau dans ma vie, tout est chamboulé.
Parce que la dernière règle est claire : Il n’y a AUCUNE seconde chance.
La trahison est impardonnable. »



Originalité: 2,5 /5.
Qualité de l'écriture: 3,5 /5.
Psychologie des personnages: 3,5 /5.
Immersion dans le récit: 4 /5.

Mon avis

Cette lecture n'était pas au programme, mais j'avais envie de quelque chose de léger pour trancher avec le recueil de nouvelles Wild Cards.
Ce roman m'a apporté ce que je recherchais: une intrigue pas prise de tête et simple. Tellement simple que je le qualifie de "jeunesse".

L'intrigue est somme toute assez basique, puisqu'il s'agit des tribulations amicales et amoureuses d'une jeune lycéenne. L'aspect original du récit est apporté par le fait que le personnage principal soit aveugle. L'exploitation narrative de cette caractéristique m'a bien plu, puisque les descriptions des lieux et personnages sont adaptées en conséquence, sans pour autant être lourdingues.

Je suis vraiment entrée dans l'esprit de Parker, même si j'admets avoir eu du mal avec celle-ci. Son cynisme et ses répliques assassines l'ont rendue antipathique à mes yeux. Elle exige d'être traitée comme une personne "normale", mais tout en imposant une multitude de règles. En retour, elle ne se gêne pas pour traiter les autres comme des esclaves. Chacun doit se plier à sa volonté sans moufter. Heureusement, sa personnalité évolue vers la fin. 

Sa relation avec Scott est par contre bien construite. J'ai eu de la compassion pour ce pauvre garçon qui n'a eu droit à aucune pitié. C'est le personnage le plus touchant de l'histoire, et peut-être même celui qui aurait dû être personnage principal. Il aurait été intéressant d'avoir son point de vue.

Dis-moi si tu souris est un roman qui a rempli sa tâche: me divertir, même si je ne suis pas entièrement fan de son contenu. Les péripéties ne sont pas hyper trépidantes non plus.
En ce qui concerne la forme, la plume de l'auteur est agréable. A lire si vous avez envie de vous vider le crâne, pas de le remplir.

Note globale: 6 / 10.



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...