Dernières Chroniques



mardi 5 mai 2015

Psycho-Pass



La criminalité au Japon est endiguée par un programme mis au point par le ministère de la santé, un programme nommé Sybil. Grâce à des scanners disposés dans les rues, Sibyl détecte les Psycho-Pass des citoyens, soit le taux de probabilité à commettre un crime. Au-delà d’un certain niveau, une escouade policière est envoyée pour neutraliser la menace.

Nous suivons Akane Tsunemori, jeune recrue du Bureau de la Sécurité Publique. Devenue dectective suite à sa brillante réussite aux examens, elle intègre une division composée de Nobuchika Ginoza, son associé, et d’exécuteurs. Ceux-ci ne sont autres que des personnes jugées « criminels potentiels » par Sibyl. Au lieu d’être internés ou exécutés, ils ont été choisis pour traquer et appréhender les criminels sur le terrain.

Le second personnage principal est l’un d’entre eux : Kogami Shinya est doté d’un sens de la déduction remarquable. Et pour cause, anciennement collègue de Ginoza, il a été rétrogradé suite au meurtre de l’un de ses anciens subordonné, un exécuteur qui était sous ses ordres. Depuis lors, il n’a pour volonté que de traquer l’homme responsable de sa mort. Déterminé et mystérieux, il est prêt à transgresser la loi de Sibyl en devenant lui-même un criminel pour parvenir à ses fins.

Font également partie de l’équipe Tomomi Masaoka, le doyen de la division, protecteur envers Akane ; Shusei Kagari, jeune homme sympathique et enjoué, bien que haineux envers Sibyl pour avoir été condamné à n’être qu’un exécuteur, sans possibilité de choix de carrière et par conséquent, de futur ; et enfin, Yayoi Kunizuka, exécutrice discrète mais efficace.

Au cours de leurs enquêtes, un dénominateur commun va peu à peu émerger de tous ces meurtres : bien que n’ayant pas commis directement les crimes, un homme semble en être l’instigateur. Un homme aux cheveux blancs qui agirait tel un marionnettiste, poussant les individus à assouvir leurs pulsions meurtrières et ainsi, à défier Sibyl.
La traque ne fait que commencer.





Visuellement, d’abord, les chara-designs sont magnifiques.

Mis à part l’héroïne dont le visage correspond à celui d’une enfant. Cependant, ce dessin cadre bien avec l’intention du réalisateur : Akane est jeune, naïve et innocente lorsqu’elle intègre l’équipe. Elle doit faire face à des situations extrêmement violentes et à des choix déchirants. Ce choix de design accentue le contraste entre sa personnalité et la réalité de son travail. Il est donc tout à fait pertinent et l’on s’y habitue rapidement.



Le contexte est admirablement bien développé : le Psycho-Pass est très crédible dans cette société future. Sibyl, une fois sa véritable nature découverte, un peu moins. Les réactions de la population sont aussi très bien étudiées. En effet, le crime étant supposé éradiqué, lorsqu’un acte de violence est commis sous leurs yeux, les individus ne reconnaissent  pas le danger, à moins de n’être la victime de cet acte criminel, ce qui fait augmenter le stress, puis, le taux de criminalité.



Très intéressant au niveau de la réflexion : est-on prêt à sacrifier notre liberté d’action pour garantir notre sécurité ? Le programme Sibyl n’est-il pas un outil d’aliénation visant à déshumaniser la population ? etc.


Note globale: 10 /10.


Qu'en avez-vous pensé?


Opening 1:


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...